C’est un acteur majeur dans la protection des orangs-outans de Sumatra en Indonésie. Il possède un centre de quarantaine ou il recueille de jeunes orangs-outans orphelins qui ont été confisqué par les autorités locales à des particuliers qui les détenaient comme animal domestique. Il recueille et sauve aussi les orang-outan isolés et blessés par la déforestation liée au plantation de palmier à huile. Au centre de quarantaine, une équipe de vétérinaires et de soigneurs, prends soin de ces jeunes orphelins. Ils les soignent, les nourrissent mais surtout les aides à retrouver leur instinct sauvage, grâce à l’école des orangs outans, pour ensuite les relâcher, après quelques années, dans leur habitat naturel. Le programme est un succès puisque pas moins de 200 orangs-outans ont déjà retrouvé le chemin de la liberté grâce au travail efficace et passionné de l’association. Les populations d’Orang-outan n’ont cessé de diminuer à un rythme effréné ces dernières années. La déforestation fait des ravages, et il ne reste que 20% des forêts originelles ! Aujourd’hui il ne reste que 14 000 Orang-outan de Sumatra à l’état sauvage. Mais donc que faire pour sauver un de nos plus proches cousins de l’extinction ? Consommer le moins possible de produit à base d’huile de palme, car la demande incite des compagnies peu scrupuleuses à continuer cette déforestation massive. Soutenir des associations locales, de terrains, qui font un travail remarquables pour sauver les Orang-outan.